• Sylvie Lapointe

Qui suis-je?



Le 12 mai 2020

Depuis deux mois, il n’y a plus de calendrier qui dicte notre quotidien avec les cases noircies par des rendez-vous d’affaires ou des rendez-vous chez le dentiste ou le coiffeur. Il n’y a plus de sorties entre amis ou des fêtes en famille. Il n’y a plus de spectacles ou de parties de hockey. Le manège de la vie s’est arrêté de tourner.


Je ne cours plus d’un rendez-vous à l’autre, d’une obligation à l’autre. J’étais occupée. Je faisais des choses importantes. Je me sentais importante.


Et maintenant, c’est le calme plat. Il n’y a plus de distraction pour m’empêcher d’être seule avec moi-même. La vie m’a rattrapée. Je ne peux plus m’enfuir.


Ce n’est pas tout à fait vrai. Si je le souhaite, je pourrais continuer à fuir en « occupant » mes pensées avec la télévision, les médias sociaux ou les jeux vidéo. Je pourrais continuer à m’anesthésier, à courir dans ma tête même si je ne cours plus dans le monde.


Ou, je pourrais accueillir le silence avec grâce et courage. Ce silence est terrifiant parfois. Être seule avec mes pensées. De grosses questions à contempler…


Qui suis-je? Qui suis-je sans tous les costumes que je porte? Le costume de la femme d’affaires. Le costume de la mère de famille. Le costume de l’épouse. Le costume de la bonne fille. Le costume de la bonne belle-sœur. Le costume de la grande voyageuse.


Qui suis-je? Qu’est-ce qui reste quand j’enlève toutes les étiquettes que me donne la société? Les étiquettes que JE me suis données? Mon « moi » authentique est enseveli sous des couches épaisses de « il faut » et « il faut pas » ; des attentes qu’on a de moi; des règles sociales que j’ai intériorisées; des jugements que je porte sur moi-même.


Ce confinement peut-être l'occasion de faire un retour à l’essentiel. Un retour à son essence.

C’est le moment de renouer connaissance avec soi-même et de se remettre au centre de sa vie. Maintenant que tout est arrêté et que notre « panier » est vidé d’activités, nous avons une occasion inouïe d’examiner notre réalité et de choisir consciemment ce que nous remettrons dans notre panier "après". Choisissons des activités et des relations qui nous apportent du bonheur.


Voici quelques exercices pour encadrer ce questionnement :


1) Conversation avec l’enfant en moi

Respirez profondément, fermez les yeux et retrouvez en pensée l’enfant que vous étiez à 8 ans.

o Quelle image vous vient en tête?

o Que faites-vous?

o Êtes-vous seul? Qui est avec vous?

Dialoguez avec l’enfant de 8 ans en vous et écrivez ses réponses sur une feuille blanche ou sur votre ordi.

Posez-lui les questions suivantes :

o Comment te sens-tu?

o De quoi as-tu besoin maintenant?

o Qu’est-ce qui te fait du bien?

o Qu’est-ce qui t’amuse?

o Qu’est-ce que tu souhaiterais faire autrement ou moins souvent?

o Qu’est-ce que tu regrettes?

o Quel est ton plus grand rêve?

o Si tu avais un conseil à me donner, que serait-ce?


Cet enfant se souvient de qui vous êtes authentiquement. Il est très sage. Parlez-lui plus souvent.

2) La fleur de joie

· Dessinez un petit cercle au centre d’une page blanche et écrivez-y votre nom et/ou les mots « mes petits bonheurs »

· Dessinez une première rangée de pétales autour du cercle. Écrivez sur chaque pétale quelque chose qui vous apporte du bonheur. Vous pouvez faire une deuxième et une troisième rangée de pétales si vous le souhaitez.

· Cet exercice est une prise de conscience de ce qui vous apporte de la joie au quotidien et une invitation à semer des graines de bonheur au jour le jour.

© 2014 L2 Emergence - all rights reserved 

Design by Samantha Clusiau-Lawlor

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now